Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mois en cavale

6 mois en cavale

Suivez la famille Mars pendant les 6 mois de leur cavale en Australie et Asie du Sud-Est

Samraong- jour 3

C'était encore une journée bien chargée et forte en émotions que nous nous apprêtions à vivre en ce 3ème et dernier jour à Samraong. 

Après un petit-déjeuner pour tous les membres de la maisonnée...

Samraong- jour 3

... nous avons revêtu nos vêtements qui craignaient le moins... euh, comme on n'avait que 2 tenues chacun, on a choisi la plus foncée des deux... mais pourquoi, me diriez-vous ? 

Oui, pourquoi ? Eh bien tout simplement parce qu'après avoir observé, admiré, commenté, photographié des rizières depuis deux mois (depuis Bali, souvenez-vous), nous allions avoir la formidable chance de passer de spectateurs à acteurs... Oh !!! Quelle excitation ! Encore maintenant, en écrivant ces quelques lignes, je la ressens toujours !

Et voici donc partie la folle équipée Mars, accompagnée de Kimchi et de Prom Sokha...

 

Samraong- jour 3

... après quelques minutes de marche, nous nous sommes retrouvés entourés par les champs de riz. C'était beau, c'était calme, c'était humide et boueux...

Samraong- jour 3

Notre premier travail a consisté à arracher des plants de riz qui avaient atteint une trentaine de centimètres pour en faire des bottes. Ces bottes sont ensuite replantées plus espacées, lorsque le terrain a été entièrement vidé de ces plants, labouré puis inondé d'eau. Vous l'aurez compris, c'est un travail colossal qui prend un temps infini et qui mobilise la quasi-totalité des villageois. Il ne faut pas oublier qu'à l'effort physique que cela représente se rajoute la chaleur torride... Nous avons beaucoup admiré ces gens qui font ça en journée continue, nous qui étions crevés au bout d'une heure...

En les regardant, ça avait l'air facile...

Samraong- jour 3
Samraong- jour 3
Samraong- jour 3
Samraong- jour 3Samraong- jour 3

On s'est mis au travail pleins d'entrain, avec la volonté de bien faire...

Samraong- jour 3Samraong- jour 3
Samraong- jour 3Samraong- jour 3

Notre savoir-faire très approximatif a fait la joie de nos comparses...

Samraong- jour 3

...il faut dire que Jane mettait du coeur à l'ouvrage et que cette activité seyait à merveille avec son penchant pour la cracra-attitude :))

Démonstration en vidéo... "oh la gadoue la gadoue la gadoue "

Loup, Jane et nous-mêmes n'étions pas peu fiers d'être là et chacun se disait la chance qu'il avait d'avoir une botte si belle...

Samraong- jour 3

... ou d'avoir le corps couvert de boue...

Samraong- jour 3

Après une heure à peine, nous étions déjà fatigués, écrasés par la chaleur... dans ces moments-là, rien ne vaut mieux qu'un petit repos bien mérité, à l'abri des féroces rayons du soleil... On rêvait d'un coca bien frais.. on a pris une gorgée d'eau tiède...

Samraong- jour 3
Samraong- jour 3Samraong- jour 3

La pause syndicale passée, nous voilà repartis pour effectuer notre 2ème challenge : replanter les plants de riz de manière plus dispersée dans le champ de Prom Sokha. Là, nous étions littéralement les pieds dans la... boue.

Samraong- jour 3

Kimchi et Prom Sokha nous ont montré comment procéder, et encore une fois, nous avons fait du meilleur qu'on a pu. Malgré nos efforts, les plants étaient plantés de manière beaucoup moins régulière que dans les champs voisins...espérons que Prom Sokha ne nous en veuille pas trop, à moins qu'il n'ait tout replanté après notre départ :))

Samraong- jour 3
Samraong- jour 3

Notre mission achevée, il nous a fallu nous prendre un bon bain...

Samraong- jour 3

...enfin, nous, on avait déjà pris notre bain de boue, alors on a plutôt pris notre douche à la manière cambodgienne, rappelez-vous.

Nous avons ensuite partagé un dernier moment avec nos hôtes... 

Samraong- jour 3
Samraong- jour 3

... et plus l'heure du départ approchait, plus l'émotion et la tristesse du départ grandissait. 

J'avais envie encore une fois d'immortaliser les visages de ces femmes, de ces magnifiques femmes qui nous avaient accueillis avec tant de bonté et sans aucun jugement. De cette magnifique Sour, qui en plus de ces 3 enfants qu'elle élevait seule, avait accepté de s'occuper et de nourrir cette petite fille de 1 an qui souffrait de mal-nutrition sévère. 

Samraong- jour 3
Samraong- jour 3

On ne voulait pas repartir sans faire une photo avec notre signe...

Samraong- jour 3

On est repartis la tête remplie de souvenirs extraordinaires, mais le coeur lourd à l'idée qu'il serait difficile de rester en contact avec tous ces gens. Grâce à Vannak, le responsable de l'association, nous avons eu quelques nouvelles et nous lui avons envoyé les photos de notre séjour par mail, en espérant qu'il aura pu les leur montrer...

Nous sommes repartis en scooter jusqu'à la station service du village voisin...

Samraong- jour 3

... où Kimchi a récupéré sa voiture pour nous amener jusque chez lui, à quelques dizaines de kilomètres de là.

En chemin, nous avons vu des écoliers, des scooters un peu chargés et des oeufs qui cuisaient...

Samraong- jour 3
Samraong- jour 3Samraong- jour 3

Dans le village de Kimchi, nous avons retrouvé une civilisation plus moderne...

Samraong- jour 3
Samraong- jour 3

La maison de Kimchi est celle du milieu et si vous regardez de plus près, derrière les fils électriques, vous apercevrez deux jolis autochtones !

Samraong- jour 3

Ce soir-là, nous avons appris que les enfants peuvent dormir sous une cloche-moustiquaire à même le sol,

Ici, Kimchi avec ses 2 filles

Ici, Kimchi avec ses 2 filles

que nous ne repartirions pas du Cambodge en ayant appris l'alphabet khmer,

Samraong- jour 3

que nous étions capables de dormir à 4 dans un lit 2 places...

Samraong- jour 3

et que Diego et Loup étaient des aventuriers du goût...

Après la végémite australienne, après les insectes thaïlandais, après les fourmis laotiennes... voici le dark egg ! Là, c'est vraiment du lourd, vous vous souvenez des oeufs qui cuisaient parmi les photos plus haut, eh bien, il ne s'agit pas de simples oeufs durs. Non, les dark eggs, ce sont des oeufs où le poussin a commencé à se former. Là-bas, c'est un mets assez cher et apprécié.

Voici une vidéo où Loup commente sa découverte culinaire. 

To be continued...

Commenter cet article

Bradype 17/06/2017 11:31

on pourrait croire que je porte bien mon nom si la raison de mon silence assourdissant était la paresse...mais non, c'est uniquement le manque de temps qui m'a empêché de commenter ces articles que j'ai pourtant lus dès leur arrivée !!! toujours aussi formidable, touchant et passionnant de lire le récit de vos aventures, ici à la rencontre des indigènes...vraiment génial et bien écrit, .Merci !

Gdm 10/06/2017 11:03

Passionnant une fois de plus, bien écrit, expliqué, photographié, même si le dark egg vient de réveiller mes douleurs d'estomac...
Quelle aventure extraordinaire ce voyage, ces rizières, cette boue, ces autochtones (les vrais) ces dark egg etc. Roncevaux/Sto Domingo de la Cazalda va paraître pâle pour les 2 Mars ...A voir! Merci Titane

Les Ronion 07/06/2017 07:44

Article très émouvant mais qui finit sur une note plutôt écoeurante. J'ai un souvenir (assez mauvais je dois dire) d'un épisode de Pekin Express (eh oui j'ai de grandes références) où ils devaient manger de cette horreur. Je n'ai même pas regardé la vidéo de Loup à la fin, de peur de voir les oeufs en question.